Blocs à lécher artisanaux

 

 

par :

Andrea Cefis e Alessandra Sibra

 

 

 

 

Table de matières

 

Introduction. 1

Matériel et méthode. 2

1. Matériel nécessaire. 2

2. Fabrication des blocs à lécher 2

- Préparation du mélange. 2

- Le moulage. 5

- Le séchage. 5

Résultats. 6

1. Caractéristiques des blocs à lécher bien réussis. 6

2.  Mode d’utilisation. 6

3. Animaux complémenté avec les blocs à lécher 7

4. Coûts. 7

5. Autres formulation des blocs à lécher 8

Discussion. 8

 

 

 

Introduction

 

La complémentation des fourrages pauvres par le bloc à lécher est basée sur l’apport des substances assurant les conditions favorables à la charge microbienne du rumen.

 

Les fourrages tropicaux présentent des carences importantes en éléments minéraux comme en Ca, en P, en N et en Cl. Le principal problème d’utilisation de ces fourrages réside dans leur déséquilibre nutritionnel : faible teneur en protéines, en azote,en minéraux, en vitamines et un faible taux de digestibilité. De ce fait, ces substances minérales jouent un rôle de facteur limitant soit pour la croissance des jeunes, soit pour la productivité des vaches laitières.

Notamment, les blocs à lécher sont plus indiqué pour un système pastoral sédentaire où cette complémentation minérales s’avère utile et même nécessaire si l’exploitation vise des productions élevées dans un environnement confiné.

 

La complémentation des fourrages pauvres par le bloc à lécher améliore leur ingestion et celle de la ration totale. Se manifeste aussi par l’amélioration de la digestibilité et des performances animales.

 

D’une manière générale, la composition des blocs à lécher est basée sur le chlorure de sodium (sel de cuisine), l’urée, le complexe phosphore calcium (poudre d’os calcinés) et en oligoéléments.

 

Il existe deux catégories de blocs :

 - pierres à sel

 - pierres à lécher à base d’urée 

 

Matériel et méthode

 

1. Matériel nécessaire

 

Le matériel pour la fabrication des blocs à lécher comprend :

-         deux seaux

-         un coro

-         un bidon d’eau

-         des bâtons

-         les aliments pour le mélange

 

2. Fabrication des blocs à lécher

 

 - Préparation du mélange

 

 - Mélanger dans un seau de 20 litres 1 coro de ciment (2 kg) et 4 coro (6 kg) de son de maїs (mil, sorgho, arachide)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Bien dissoudre dans un différent seau ½ coro (1 kg) de sel, ½ coro (1 kg) de urée et 2 coro d’eau (4 litres).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   - verser le contenu du seau avec de l’eau dans le seau avec le liant (ciment et son).

 

   

 - mélanger à la main le compost obtenu.

 

 

 

 

 

 

 

 

  - Le moulage

 

 - couler le mélange ainsi obtenu dans des moules.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 - Le séchage

 

 - Lorsque les moules sont encore mous, introduire un bâton qui les traverse et qui servira à la suspension des blocs. Les blocs sont ensuite placés à l’abri, bien aérés, sans soleil direct pour deux - trois semaines.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

 

Quand les blocs sont bien secs et durs, sont mis à la disposition des animaux.

 

1. Caractéristiques des blocs à lécher bien réussis

 

La principale caractéristique des blocs à lécher est qui ne doivent pas être croqués par les animaux. En particulier les blocs doivent présenter :

 - dureté : le pouce ne s’enfonce pas dans le bloc.

 - bon cohésion : le bloc ne se casse pas à la main.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.  Mode d’utilisation

 

Il faut rappeler que les blocs à lécher artisanaux sont utilisés comme complément à la ration de base. L’introduction des blocs dans un régime alimentaire nécessite d’une période d’adaptation afin de prolonger progressivement la durée d’utilisation des blocs par les animaux pendant 3 semaines. Cette période constitue une phase d’initiation à la consumation des blocs et surtout une adaptation de la flore microbienne du rumen.

 

3. Animaux complémentés avec les blocs à lécher

 

Les blocs à lécher sans urée (pierres à sel) conviennent pour la majorité des animaux d’élevage : bovins, petit ruminants, équins, asins, camélins, porcins.

Il faut éviter que les animaux n’avalent guère quantités à la fois, pour cela, les blocs doivent être durs et présentés suspendus au bout d’un fil pour éviter que les animaux puissent en croquer des morceaux.

 

Note :

Dans le cas des blocs à lécher à base d’urée seulement les animaux ruminants peuvent être complémentés (bovins, buffles, petit ruminant et camélins). Si ces animaux sont déjà alimentés avec des pailles traitées à l’urée, les blocs à lécher ne doivent pas contenir dans leur mélange de l’urée. Par contre les blocs à lécher sans urée (blocs à sel) peuvent être donné à tous les animaux.

 

 - la consommation journalière des pierres à lécher s’élève à environ :

-         30 gr/j/UBT pour le bovin

-         10 gr/j/UBT pour les femelles suitées chez le petit ruminantes.

 

4. Coûts

 

Les coûts de production des blocs à lécher artisanaux ne sont pas élevés. Le prix d’un sac d’urée de 35 kg coûte, sur le marché de N’djamena, 17.000 FCFA. Les coûts des matériels s’élèvent à 3.000 FCFA pour l’achat de deux seaux de 20 litres et des moules. Pour la préparation des blocs décrits ci-dessus, 4 coro de son de maїs (6 kg), un ½ coro de sel (1 kg) et un ½ coro de ciment (1 kg) ont été acheté en dépensant au total 1.300 FCFA. En les mélangeant s’obtiennent 6 blocs à lécher. 

 

5. Autres formulations des blocs à lécher

 

D’autres formules sont possibles pour fabriquer les blocs à lécher à partir des ingrédients très faciles à repérer.

 

Blocs à lécher sans urée (pierres à sel)

 

 - Sel ou Natron                                              3 coro (6 kg)

 - Phosphate bicalcique (poudre d’os)              1+ ½ coro (3 kg)

 - Ciment                                                        ½ coro (1 kg)

 - Son de maїs (mil, sorgho)                             ½ coro (1,5 kg)

 - Eau (selon le besoin)                                    2-3 coro (4 - 6 l)

 

Note : pour produire la poudre d’os, il faut prendre des os, les brûler sur le feux et après le piller jusqu’à la réduire en poudre.

 

Blocs à lécher avec urée

 

 - Urée                                                            ½ coro (1 kg)

 - Sel                                                              ½ coro (1 kg)

 - Son de maїs (mil, sorgho)                             4 coro (6 kg)  

 - Poudre d’os                                                ½ coro (1 kg)

- Ciment                                                         ½ coro (1 kg)

 

Des autres aliments peuvent être utilisé pour la production des bloc, pour exemple : son de riz, son de blé, fientes de volaille, chaux.

 

Discussion

 

La technique de complémentation avec des blocs à lécher est facile à appliquer et accessible dans le condition de déficit alimentaire. Elle offre la possibilité de diversifier les ressources alimentaires susceptibles d’être intégrées dans la formulation.

D’un point de vue nutritionnel, ce type de complémentation permet une meilleure valorisation des fourrages pauvres, notamment par l’amélioration de l’activité du rumen. L’ingestion des fourrages et leur digestibilité résultent donc améliorés.

Sur le plan zootechnique, l’utilisation des blocs permet aux animaux de couvrir leurs besoins d’entretien et de réaliser des performances pondérales ou laitières non négligeables.

La formation des éleveurs ou d’auxiliaires d’élevage est souhaitable.

  

 

Remerciement

 

Pour la réalisation de ce travail je remercie toute l’équipe ACRA, particulièrement Mr Békoutou Djémande pour son aide constante.